Quel statut choisir quand on est seul ?

Quel statut choisir quand on est seul ?

Lorsque vous devez créer une entreprise, que vous soyez seul ou non, il est d’obligation légale de choisir un statut. De ce fait, chaque statut choisi comporte des avantages et des inconvénients. En effet, 3 statuts vous permettent de créer seul votre société. Découvrez-les ici !

L’entreprise individuelle

Lorsque vous êtes seul à lancer une activité, il vous sera bénéfique de choisir le statut d’entreprise individuelle. Il se démarque par la simplicité dans les démarches administratives. Cela vous permet d’économiser les coûts liés à certaines démarches, comparé à d’autres types de statuts.

A lire en complément : Création de start-up : quel statut juridique choisir?

Elles ne sont pas chronophages et ne risquent donc pas de vous prendre tout votre temps. Dans une entreprise individuelle, vous êtes le seul maître à bord. Votre entreprise et vous, formez une seule entité. Retenez donc que vous ne pourrez plus élargir le nombre de gérants une fois ce statut adopté.

Un autre avantage de ce statut réside dans le fait qu’aucun capital social n’est nécessaire. Par contre, votre patrimoine personnel est confondu à celui professionnel. En cas de faillite par exemple, vos biens sont engagés sauf votre résidence principale. Si vous êtes marié sous le régime de la communauté des biens, les avoirs de votre femme seront également engagés.

Lire également : Comment organiser une conférence de presse ?

La Société par Actions Simplifiées Unipersonnelle (SASU)

Les entrepreneurs qui souhaitent lancer seuls leurs entreprises peuvent choisir la SASU comme statut juridique. En effet, le responsable de l’entreprise est libre de rédiger ses statuts. Dans le fonctionnement ainsi que les règles de sa société, il jouit d’une bonne flexibilité.

En ce qui concerne les impôts, il a le choix d’être imposé sur les revenus ou sur la société. En faisant des bénéfices grâce à ses activités, le responsable de l’entreprise n’est pas redevable de cotisation sociale sur les dividendes, quel que soit le montant. Ce sont alors de nombreuses modalités qui peuvent être intéressantes pour quelqu’un qui veut se lancer seul.

Toutefois, contrairement à l’entreprise individuelle où les patrimoines sont confondus, ce ne sera pas forcément le cas dans une SASU. En effet, l’entrepreneur n’est solidaire des dettes sociales qu’à hauteur de ses apports. Son patrimoine reste donc protégé.

Par ailleurs, créer une entreprise sous ce statut est complexe. Ici, le président de la société doit s’assurer une protection sociale. Malheureusement, son coût peut être très élevé. Même si l’impôt sur revenus est une option intéressante, il n’est limité qu’à 5 exercices.

L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL)

L’EURL est l’une des formes juridiques que vous pourrez choisir si vous devez créer seul une entreprise. L’un des avantages principaux de ce statut réside dans le fait qu’il vous permet de protéger votre patrimoine, puisqu’il est distinct de votre patrimoine social.

Une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée offre une gestion beaucoup plus simplifiée, comparée à une SARL. Cette comparaison prend son sens, puisqu’il s’agit de la même forme de société, mais qui diffère selon le mode de fonctionnement.

Ici, il ne s’agira pas de produire des procès-verbaux ni des rapports de gestion. Si le gérant doit céder ses parts en ayant exercé pendant au moins 5 ans, le dispositif d’exonération des plus-values de cessions de titres pour départ à la retraite lui est appliqué.

Par ailleurs, il faut souligner quelques inconvénients de ce statut. Il est impossible au gérant de se placer sous le régime salarié. De même, le fonctionnement de ce statut est plus lourd que ce qu’on a dans les SASU et les entreprises individuelles.

Voilà donc 3 statuts que vous pourrez choisir si vous souhaitez créer seul votre entreprise.