jeudi, octobre 18, 2018
Automobile

5 pistes pour améliorer la sécurité des routes

Avec un nombre croissant de morts sur les routes françaises, la récente décision du gouvernement fait débat. En effet, il prévoit d’abaisser le kilométrage autorisé à 80 km/h sur les 400.000 km de routes secondaires du pays. Cependant, au-delà de cette décision, d’autres mesures sont également prévues afin d’améliorer la sécurité des routes en France. Voici 5 pites qui peuvent être explorées.

1. L’amélioration de la formation à la conduite

Aujourd’hui, on peut dire que les écoles de conduite font bien leur travail. Cependant, il conviendrait d’aller plus loin dans la formation à travers l’apprentissage du respect des distances de sécurité, du freinage, du trafic et de la vitesse en fonction de l’environnement. Un ensemble d’éléments dont tous les conducteurs devront apprendre à améliorer. Il leur faudra aussi apprendre à maîtriser les nouvelles technologies, de plus en plus présentes dans les véhicules : ABS, ESP, etc.

2. Un contrôle médical à partir d’un certain âge

Il s’agit d’une mesure que la plupart des autorités approuvent. En effet, un contrôle médical régulier à partir d’un certain âge serait idéal pour les conducteurs. Chez certaines entreprises, cette mesure de précaution est de rigueur. Mais elle n’est pas encore répandue dans le public. Dès lors, on prévoit de le faire tous les 5 ans à partir de 65 ans. À partir de 75 ans, ce contrôle médical passera à 2 ans.

3. Des forces de l’ordre plus présentes sur les routes

Le fait de positionner plus de gendarmes sur les routes semble être une alternative envisageable pour l’Auto Sécurité. On envisage aussi la présence de policiers qui vont arrêter les automobilistes afin de leur prodiguer les meilleurs conseils. Il s’agit d’une présence qui va sans doute avoir un rôle dissuasif, mais aussi pédagogique.

4. Un contrôle technique plus sévère

À partir de 2018, les contrôles techniques sur les véhicules essence et diesel seront plus sévères, plus poussés et sans doute plus chers. Dès le nombre de véhicules, qui sera renvoyé pour contre-visite va augmenter. D’ailleurs, l’idée de porter la fréquence de la visite technique à 1 an à partir de la 6e année serait à l’étude.

5. Moduler la limitation de vitesse en fonction de l’environnement

Les autorités envisagent aujourd’hui le fait de rouler à 100 km/h sur une portion de département dégagée. Par contre les secteurs dans lesquels les accidents sont fréquents devront subir une limitation de vitesse allant de 80 à 70 km/h. D’autres mesures sont en cours telles que l’utilisation de systèmes anti dérapages, l’électro stabilisateur programmé ou encore le correcteur de trajectoire.