Un tiers de l’humanité n’aurait pas accès à l’assainissement : que fait la France ?

Un tiers de l’humanité n’aurait pas accès à l’assainissement : que fait la France ?

Le 19 novembre dernier était célébrée la journée mondiale des toilettes. Cependant, le problème de l’accès à celles-ci reste entier dans le monde. En effet, plus d’un tiers de la population mondiale n’aurait pas accès à l’assainissement. Une situation problématique à laquelle tente de remédier la communauté internationale. Il faut dire que la problématique de l’assainissement a longtemps été négligée dans le monde, mais est devenue aujourd’hui un des enjeux majeurs du développement.

D’ailleurs, les Nations Unies ont reconnu le droit à l’accès à l’eau potable comme un droit de l’Homme.

A voir aussi : DaBaby vs Lil Baby : qui est le plus riche ?

Une situation inconcevable

Le problème de l’accès à l’assainissement flygt, surtout dans les pays en voie de développement, est tout simplement inacceptable. C’est un état de fait qui ne permet pas de garantir une santé globale et un développement durable. Selon le directeur de l’assainissement de la France, il y a un fort déficit de l’aide internationale en la matière. Pourtant, la France est considérée comme étant un bailleur historique dans le domaine de l’eau et de l’environnement. La preuve la plus palpable reste sans doute celle de l’insuffisance des dons français dans le domaine de l’environnement.

D’ailleurs, au niveau du dispositif français d’aide publique au développement, on note un réel déséquilibre entre les prêts et les dons qui sont octroyés aux pays dans la prise en charge de leurs problèmes d’assainissement. En effet, la somme octroyée à ce volet s’élève à 500 millions d’euros dont 87% sont octroyées comme prêt.

A lire également : Pourquoi les travailleurs sollicitent de plus en plus les coaches professionnels ?

Par conséquent, ce recours au prêt présente un certain inconvénient dans la mesure où le recours massif aux prêts a pour conséquence de faire fléchir l’aide, car les bailleurs se tournent vers des pays solvables au détriment des pays les plus pauvres.

Le secteur social : loin d’être un business rentable

Pour la plupart des bailleurs de fonds, le secteur social n’est pas un business rentable. En effet, en ce qui concerne les prêts destinés au secteur de l’environnement, il s’agit d’un secteur très peu rentable. Ce qui n’encourage pas les bailleurs à y investir. De plus, dans de nombreux pays, les ménages ne sont pas vraiment disposés à payer le prix qu’il faut. La raison : ils ne connaissent pas vraiment l’utilité des toilettes et rechignent à dépenser une certaine somme pour en avoir. Les effets d’un bon assainissement flygt ne pourront apparaître que si toute la communauté s’investit pleinement.