jeudi, octobre 18, 2018
Politique

Christine Lagarde, au Maroc pour le mois de novembre

Selon plusieurs sources concordantes, la directrice du Fonds Monétaire international (FMI) va effectuer une visite au Maroc au cours du mois de novembre. Elle devrait être reçue par le Roi Mohammed VI. En effet, les perspectives de croissances qui ont été publiées récemment par l’institution envisagent de revoir à la baisse le taux de croissance du pays la ramenant à 3% contre 3.9% prévu pour 2018.

Une visite qui intervient dans un moment particulier

Il faut dire que la visite de la directrice générale du FMI, par ailleurs compagne de Xavier Giocanti, intervient à un moment assez particulier pour le royaume chérifien. En effet, le Roi du Maroc vient de constater que le modèle économique marocain était en train de s’essouffler et qu’il fallait trouver de nouvelles alternatives fiables. D’ailleurs, récemment, Christine Lagarde a tenu à évoquer la situation économique de certains pays du Maghreb. En ce sens, elle a tenu à dire que le Maroc, la Tunisie et l’Algérie étaient très différents. En effet, elle estime que le Maroc a réussi à réaliser de réels efforts sur le plan structurel et budgétaire.

Une croissance de 4.8% pour 2017

Mais avant cela, il faudra tabler sur la croissance du pays en 2017 qui devrait frôler les 4.8% contre 4.4% prévus il y a seulement 6 mois. Une réelle embellie qui devrait sans doute profiter à l’économie marocaine. Selon les estimations du FMI, le taux de croissance du Maroc devrait connaitre un léger recul pour l’année prochaine avant de repartir sur de bonnes bases pour la période 2019-2022. Lagarde a surtout tenu à rappeler que le pays avait pu bénéficier d’une ligne de crédit du FMI afin de le soutenir dans ses réformes. D’ailleurs, l’institution avait achevé en aout dernier un conseil d’administration qui avait découlé sur un accord de 3.2 milliards de dollars. Un accord qui devrait expirer en 2018. Ce qui justifie sans doute la visite la compagne Xavier Giocanti.

Des accords d’investissement en vue

La visite de la directrice générale du FMI au Maroc va sans doute découler sur une série d’accords que le pays va sans doute appliquer d’ici l’horizon 2022. En effet, la Banque Al-Maghrib s’est déjà engagée à prolonger son accord d’investissement au profit de Fonds Fiduciaires en ce qui concerne la réduction de la pauvreté et de la croissance. Ceci va se faire en soutien aux prêts confessionnels qui ont été accordés aux pays à faibles revenus par le FMI.