mercredi, janvier 16, 2019
Santé

Les arrêts maladie en hausse dans le Tarn-et-Garonne

Partout en France, les arrêts maladie ont véritablement augmenté. Mais dans le Tarn-et-Garonne, c’est encore pire. Dans cette contrée de la région, plus de 40 millions d’euros d’indemnités journalières ont été versés l’année passée. Il faut dire que depuis 2012, le chiffre ne cesse de grimper. En 2018, le nombre de journées d’arrêt de travail a augmenté de 3,55 % dès le début de l’année. Il faudrait que les employeurs songent à remédier à cette situation.

Augmentation des arrêts maladie dans le Tarn-et-Garonne

L’augmentation des arrêts maladie dans le Tarn-et-Garonne est impressionnante. Entre 2012 et 2017, on note une augmentation de plus de 33 %. Ce qui oblige le gouvernement à débourser des millions et des millions d’euros en guise d’indemnités journalières. Les raisons à cette situation semblent méconnues. Si pour certains, la faute est liée à la conjoncture économique, ou encore au marché de l’emploi. Pour d’autres, ce sont les envies de weekend prolongé qui ont contribué à la hausse des arrêts maladie dans le Tarn-et-Garonne. Quoi qu’il en soit, les employeurs doivent toujours prendre le temps de procéder à un contrôle d’arrêt de travail. C’est le seul moyen de réduire les chiffres.

La Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) a découvert que 910.244 journées d’arrêts de travail indemnisées avaient été comptabilisées rien que dans les 9 premiers mois de l’année 2018. Par rapport à 2017, ceci constitue une hausse de 3,55 %.

Ne jamais oublier de réaliser le contrôle médical

Le contrôle d’arrêt de travail sera toujours le meilleur moyen de limiter les absences chez les salariés. Si chaque employé était conscient que les raisons qu’il a évoquées pour s’absenter allaient toujours être vérifiées, il s’y prendrait à deux fois avant de vouloir s’absenter. Le contrôle d’arrêt de travail doit être réalisé par un médecin contrôleur. Ce sera à lui de se déplacer de manière inopinée au domicile du salarié en arrêt maladie. Le médecin se charge de bien vérifier l’état pathologique de l’individu en prenant soin de juger la situation d’un point de vue purement médical, avec objectivité et impartialité.

À la suite de l’examen, le médecin contrôleur va alors rédiger un rapport administratif sur lequel il devra mentionner son constat. C’est à lui de valider (ou non) l’arrêt de travail du salarié. Si tous les employeurs prenaient la peine d’effectuer cette démarche à chaque fois que des salariés s’absentent sous prétexte d’être malade, les arrêts maladies auraient fortement diminué dans le Tarn-et-Garonne.