lundi, mars 25, 2019
Santé

Martinique : aucune anomalie fœtale liée au virus Zika

Selon plusieurs spécialistes en gynécologique obstétricien, notamment au CHU de fort de France, aucune anomalie fœtale liée au virus Zika n’a été enregistrée depuis l’apparition du virus Zika. Il faut dire que ce service a reçu de nombreuses femmes enceintes qui présentaient des symptômes du virus Zika. En effet, celles-ci craignaient pour la santé de leur fœtus au vu des nombreux cas de microcéphalie dans d’autres pays tels que le Brésil.

En cas de diagnostic positif

Selon les services du laboratoire médical fort de France, environ 8 femmes enceintes ont été diagnostiquées comme porteuses du virus Zika. La présence du virus a été confirmée par des analyses sanguines et d’urine. Pour les services médicaux du CHU de la capitale martiniquaise, il faut dire que ce diagnostic est assez difficile à mettre en place. En effet, le virus est détectable en très peu de temps dans le sang et seulement du 1er au 10e dans l’urine. Concernant les autres symptômes, elles ne sont pas forcément liées à cette maladie.

Lorsque les résultats des tests s’avèrent positifs, ce sont les différents symptômes liés à la maladie qui sont traités en priorité. Suite à ces dispositions, aucune anomalie n’a été détectée au niveau des fœtus de ces 8 femmes.

Que peut-on dire du rôle de Zika dans la malformation fœtale ?

On ne sait pas vraiment grand-chose, mais il est certain que les cas de microcéphalie ont un lien direct avec l’action du virus Zika. Rien qu’au Brésil, plus de 270 cas de microcéphalie ont été confirmés et la plupart d’entre eux ont un rapport direct avec la maladie. Aujourd’hui, le travail de recherche réalisé par le laboratoire médical fort de France n’est pas encore terminé. Tout ce que l’on peut dire, c’est que la plupart des femmes enceintes et atteintes du virus Zika n’ont pas encore été diagnostiquées à temps. Un traitement adéquat aurait sans doute permis d’éviter ces cas de microcéphalie.

L’interruption de grossesse est-elle envisageable ?

Lorsque les analyses font état d’une anomalie grave du fœtus, l’interruption médicale de la grossesse reste envisageable. Cependant, il faudrait que la mère en fasse expressément la demande. Pour les médecins du CHU de fort de France, l’objectif, c’est surtout d’expliquer aux éventuelles femmes enceintes ce qui arrive à leur bébé. Un accompagnement efficace en cas d’avortement médicalisé a aussi été mis en place. Quoi qu’il en soit, la Martinique semble échapper à ces cas.